Acheter

Roberts Jane - L'Enseignement de Seth


Auteur : Roberts Jane
Ouvrage : L'Enseignement de Seth Permanence de l’âme
Année : 1972

Lien de téléchargement : Roberts_Jane_-_L_Enseignement_de_Seth.zip

Ce livre a été rédigé par une personnalité appelée Seth. Elle se définit comme une « personnalité d’essence énergétique » qui n’est plus incarnée dans une forme physique. A ce jour elle a parlé à travers moi pendant plus de sept ans, à raison de deux séances de transe par semaine. Dans une certaine mesure, mon initiation psychique a réellement commencé un soir de septembre 1963, alors que j'écrivais de la poésie. Tout à coup ma conscience s’est affranchie de mon corps et mon esprit fut investi par des idées qui m’apparurent alors comme nouvelles et surprenantes. De retour dans mon corps, je découvris que j’avais produit un texte automatique expliquant nombre de concepts qui avaient le caractère d’une révélation. Les notes portaient même un titre : L’Univers physique comme construction de l'idée. A partir de cette expérience, je commençais à faire des recherches dans le domaine de l’activité psychique et me proposai de leur consacrer un livre. Pour donner corps à mon projet, mon mari et moi-même avons utilisé, vers la fin de 1963, une table Ouija. Après quelques séances, le curseur transmit des messages qui étaient revendiqués par une personnalité nommée Seth. Ni Rob ni moi-même n’avions reçu une formation psychique particulière, et quand je commençai à anticiper les répliques de la table, j’y vis la preuve qu’elles venaient de mon subconscient. Quoi qu’il en soit, je me sentis poussée à prononcer les mots à haute voix, et un mois plus tard je parlais pour Seth, dans un état de transe. Les messages semblaient commencer là où s’arrêtait l’idée de construction et, plus tard, Seth me dit que le fait, pour ma conscience, d’entrer dans un état d’expansion avait constitué sa première tentative de prise de contact avec moi. Depuis lors, Seth a produit un manuscrit continu qui totalise maintenant plus de six mille pages dactylographiées. Nous l’appelons L'Enseignement de Seth et il est constitué de développements sur la nature de la matière physique, le temps et la réalité, le concept de Dieu, les univers probables, la santé et la réincarnation. Dès le départ, la qualité évidente du matériau nous intrigua et nous incita à persévérer... Après la publication de mon premier livre concernant ce domaine, des lettres arrivèrent. Des personnes sollicitaient l'aide de Seth. Nous avons tenu des séances pour ceux qui en avaient le plus besoin. Nombreuses furent les personnes vivant dans d’autres parties du pays qui ne purent y participer et que les avis de Seth aidèrent cependant. L’information qu’il fournit sur la situation de chacun, et qui fut transmise par courrier, s’avéra exacte. Rob a toujours pris note, mot à mot, des séances de Seth, en utilisant son propre système de sténographie. En fin de semaine il les dactylographie et les ajoute à ce qui a déjà été rassemblé. Les comptes rendus de Rob éclairent le cadre vivant dans lequel se déroulent les séances. Son appui et son encouragement sont inappréciables. D’une certaine manière, nous pouvons dire que nous avons eu plus de six cents rendez-vous avec l’univers. Rob ne se serait pas exprimé de cette façon – ces rendez-vous ont lieu dans notre grand living-room, bien éclairé, mais ce n’est là qu’apparence. En fait, ils se déroulent dans le domaine sans espace de la personnalité. Cela ne signifie pas que nous possédions la pierre angulaire de la vérité, ni que nous guettions, le souffle retenu, l’apparition des secrets surgis intacts du fond des âges. Je sais que chaque individu a accès à la connaissance intuitive et peut obtenir des aperçus de la réalité intérieure. De ce point de vue, l’univers parle à chacun de nous. Dans notre cas, les séances avec Seth fournirent le cadre favorisant ce genre de communication. Dans Le Livre de Seth*, publié en 1970, j’exposais ces événements et donnais les vues de Seth sur une grande variété de sujets, ainsi que des extraits de séances. J’ai également décrit nos rencontres avec des psychologues et des parapsychologues. Nous avons aussi essayé de comprendre nos expériences et de les situer dans les limites de la vie normale. Les tests mis en pratique pour vérifier les capacités de clairvoyance de Seth furent également décrits ; nous considérons qu’il s’en est tiré remarquablement. Il était extrêmement difficile de choisir quelques extraits des sujets traités dans le corpus de Seth. Le Livre de Seth laissa nécessairement nombre de questions sans réponse et nombre de sujets inexplorés. Quoi qu’il en soit, deux semaines après son achèvement, Seth dicta l’ébauche de ce présent manuscrit, dans lequel il devait être libre d’exposer ses idées. Ce qui suit nous fut donné au cours de la séance 510 du 19 janvier 1970. Comme vous pourrez le constater, Seth m’appelle Ruburt et Rob prend le nom de Joseph. Ces noms distinguent notre personnalité dans son ensemble de celles qui sont actuellement investies dans la vie physique. « Je travaille, dit Seth, sur une autre matière que celle qui vous est maintenant perceptible. Vous devez faire preuve de patience à mon égard. J’aimerais, par exemple, vous donner un aperçu du contenu de mon propre livre. Il comportera de nombreux développements, comprenant notamment une description de la manière dont il devra être rédigé, des procédures à suivre pour que mes propres idées puissent être énoncées par Ruburt et soient traduites de bout en bout, en termes oraux. « Je n’ai pas de corps physique et pourtant j’écrirai un livre. Le premier chapitre expliquera comment et pourquoi. » (A ce stade, note Rob, le débit de Jane s'était considérablement ralenti et ses yeux étaient souvent fermés. Elle faisait de nombreuses pauses, dont certaines duraient assez longtemps.) « Le second chapitre décrira ce que vous pouvez appeler mon environnement actuel, mes caractéristiques et mes partenaires du moment. J’entends par là ceux avec qui j’entre en contact. « Le troisième chapitre fera état de mon travail et des dimensions de la réalité dans laquelle j’évolue, car de même que je voyage dans votre univers j’en fréquente d’autres pour mener à bonne fin l'objectif qui est le mien. « Le quatrième chapitre concernera mon passé tel que vous l’entendez, c’est-à-dire quelques-unes des personnalités qui furent les miennes, ainsi que celles que j’ai rencontrées. Je serai amené à exprimer clairement qu’il n’y a ni présent, ni passé, ni futur. J’expliquerai qu’il n’y a là aucune contradiction avec le fait que je puisse parler d’existences passées. Cela pourra s’étendre sur deux chapitres. « Les suivants vous conteront l’histoire de notre rencontre – vous (Seth s’adresse à moi), Ruburt et moi. Ceci, de mon point de vue, naturellement, et les moyens par lesquels j'ai pris contact avec la conscience intérieure de Ruburt, bien avant que vous ne sachiez quoi que ce soit sur le phénomène psychique ou sur mon existence. « Je traiterai ensuite de l’expérience de toute personnalité au moment de la mort, ainsi que des nombreuses variantes de cette aventure essentielle. La manière dont je l'ai vécue moi-même donnera matière à des exemples. « Il sera ensuite question de l’existence après la mort et des différentes façons de la vivre. Ces deux chapitres parleront de la réincarnation, dans la mesure où elle est liée à la mort. Un certain accent sera mis sur la mort, au terme de la dernière incarnation. « Je parlerai également de votre réalité physique, telle qu’elle nous apparaît, à moi et à mes semblables. Le chapitre contiendra quelques points plutôt fascinants car non seulement vous créez la réalité physique qui est la vôtre, mais par vos pensées, vos désirs et vos émotions, vous engendrez également d’autres environnements, tout aussi valables, dans d’autres réalités. « Le chapitre suivant concernera la permanence des rêves en tant qu'ouvertures donnant sur ces autres réalités, et en tant que domaines ouverts grâce auxquels le « soi intérieur » entrevoit les multiples facettes de ses expériences et communique avec d’autres niveaux de sa réalité. « J’approfondirai ensuite ce sujet. Je relaterai comment j’ai fait incursion dans les rêves des autres en tant qu’instructeur et guide. « Je consacrerai un chapitre aux méthodes élémentaires utilisées par toute conscience, en fonction de son niveau, pour entrer en communication avec un plan, physique ou non... Ceci mettra l’accent sur les procédés en vigueur chez les personnalités humaines telles que vous les percevez et sur le fait que ces échanges intérieurs existent indépendamment des sens physiques. Ceux-ci sont seulement des prolongements sensoriels de la perception interne. « Je dirai au lecteur comment il voit ce qu’il voit ou entend ce qu’il entend, et pourquoi je souhaite démontrer, tout au long de ce livre, que le lecteur lui-même est indépendant de son image physique. Je souhaite lui indiquer quelques procédés qui lui apporteront la preuve de ma thèse. « Le chapitre suivant relatera l’expérience que j’ai faite, dans toutes mes existences, de ces structures pyramidales dont je parle dans Le Livre de Seth. Il évoquera ma propre relation avec la personnalité que vous appelez « Seth Deux » et aussi avec les consciences multidimensionnelles qui sont beaucoup plus évoluées que je ne le suis. « Mon message au lecteur sera celui-ci : « Essentiellement vous n’êtes pas plus que moi une personnalité physique, et quand je parle de ma réalité, je parle de la vôtre. » « Il y aura un chapitre sur les religions du monde et sur les distorsions et vérités qui sont en elles ; les trois Christs, quelques données concernant une religion perdue confessée par un peuple sur lequel vous n’avez pas d’informations. Ces gens vivaient sur une planète appartenant au même espace que celui occupé actuellement par votre Terre. Ils la détruisirent par leur propre faute et furent réincarnés quand votre planète fut préparée. Leur mémoire fut à l’origine de la religion telle que vous l’entendez. « Je parlerai des dieux probables et des systèmes du même nom. « L’avant-dernier chapitre constituera un approfondissement de certaines notions. Dans le chapitre final je demanderai au lecteur de fermer les yeux et de devenir conscient de la réalité dans laquelle j’existe et de sa propre réalité intérieure. Je lui en donnerai les moyens, l’invitant à utiliser ses « sens internes » pour me voir à sa manière. « Pour protéger l’intégrité du message, mes communications passeront, à tout moment, exclusivement par l'intermédiaire de Ruburt, dès lors j’inviterai le lecteur à me considérer comme une personnalité, de telle sorte qu’il prenne conscience que la communication avec d'autres réalités est possible, et qu’il est donc, lui-même, ouvert à une perception qui n'est pas seulement physique. « Ceci est mon projet de livre, mais il ne contient qu’une ébauche de mes intentions. Je ne veux pas donner de schéma plus complet car je ne souhaite pas que Ruburt anticipe sur ce que je dirai. Les difficultés inhérentes à de telles communications seront totalement explicitées. Je mettrai en évidence le fait que les perceptions paranormales viennent de différents niveaux de réalité et qu’elles nous familiarisent avec d’autres dimensions. Je dicterai le livre pendant mes séances. Son titre sera : L’Enseignement de Seth. Permanence de l’âme. « J’utilise le mot âme car il aura une signification immédiate pour la plupart des lecteurs. « Je vous suggère de vous munir de quelques bons stylos. » C’est précisément parce que je suis consciente de l’effort investi dans l’écriture d’un livre, que j’étais réservée quand Seth a parlé d’écrire le sien. Alors que je savais parfaitement qu’il pouvait le faire, je m’interrogeais par ailleurs. C’est un fait, le message de Seth est important. Mais que peut-il savoir de la rédaction d’un livre ? De l’organisation qu’elle requiert ? Ou sur le fait qu’il s’adresse à un public ? Rob n’a cessé de me rassurer. Mes élèves semblaient étonnés que je fusse la seule à avoir des doutes, mais qui d’autre que moi pouvait en avoir ? Connaissant Seth, je pouvais répondre de ses intentions, de son savoir, mais dans quelle mesure pouvait-il passer à l’acte ? Seth commença à dicter son livre au cours de notre séance suivante, la 511e, le 21 janvier 1970, et le termina à la 591e séance, le 11 août 1971. Entre ces deux dates, toutes les séances ne furent pas consacrées à la seule dictée du livre. Quelques-unes traitèrent de questions personnelles. D’autres furent tenues pour venir en aide à certaines personnes. D’autres encore furent suscitées par des problèmes philosophiques, sans rapport avec le livre. Je pris aussi quelques vacances. En dépit de telles interruptions, Seth s’y retrouvait très bien et reprenait très précisément sa dictée là où il l’avait abandonnée. Pendant qu’il travaillait sur son livre, je passai quatre heures par jour sur .un ouvrage qui m’était propre. Je dirigeais ma classe d’E.S.P. une fois par semaine, très occupée par ailleurs avec la correspondance qui avait suivi la publication du Livre de Seth. J’entrepris également de tenir un cours hebdomadaire d’écriture créatrice. Par curiosité, je lus seulement quelques-uns des premiers chapitres de l’ouvrage de Seth. Occasionnellement, Rob me parlait de quelques passages qui, pensait-il, pouvaient particulièrement intéresser mes élèves. Autrement je n’accordais aucune attention au livre, me contentant de laisser agir Seth. D’une manière générale, ce travail de mon esprit était dû à mes capacités extra-sensorielles et, pendant une période de plusieurs mois, je ne regardai même pas le manuscrit. Lire l’ouvrage terminé fut une expérience délicieuse. Dans son ensemble, il était pour moi totalement nouveau, bien que chaque mot fût sorti de mes lèvres, et que sa production eut exigé de nombreuses soirées de transe. Cette situation, particulièrement étrange, me contraignait, moi qui étais pourtant habituée à gérer mon oeuvre, à explorer ces nouveaux thèmes comme une novice. Mon expérience d’écrivain m’a rendue parfaitement sensible à la transformation du matériau inconscient en réalité tangible. C’est particulièrement évident quand j'écris de la poésie. Dans Le Livre de Seth un autre type d’activité se révélait, un travail ultra-rapide. Il était donc tout à fait normal que je compare ma propre expérience créatrice, consciente, à l’état de transe mis en oeuvre pour l’ouvrage de Seth. Je voulais découvrir pourquoi ce livre m’apparaissait comme totalement distinct de ce que j’écrivais. Si les deux procédaient du même inconscient, d’où venait alors ce sentiment d’être en présence de deux subjectivités différentes ? Ces différences étaient évidentes. Quand je suis saisie par l'inspiration, en écrivant un poème, je suis « branchée », excitée, remplie d'un sentiment d’urgence et de découverte. Juste avant que cela ne se produise, une idée surgit. Elle est « donnée ». Elle apparaît simplement et suscite de nouvelles connexions créatrices. Je suis alerte, ouverte et réceptive – baignant dans une étrange élasticité psychique, faite de vigilance et de passivité. A cet instant, tout ce qui compte pour moi est le poème ou l’idée. L’implication hautement personnelle, le travail et le jeu qui sont à l’oeuvre pour permettre à l’idée d’éclore, tout concourt à faire de ce poème mon poème. Je suis familiarisée avec ce genre d’expérience depuis ma petite enfance. C’est la pierre de touche de mon existence. Sans elle, ou privée de sa structure, je me sens désoeuvré et triste. En ce moment, en écrivant cette introduction, je ressens la même impression de créativité personnelle. Elle est « mienne ». Je n’entretenais pas ce type de relation avec Le Livre de Seth, et je n’avais pas conscience des procédés de création mis en oeuvre. J’entrais en transe comme je le fais pour les séances habituelles. Seth dictait le livre par mon intermédiaire, en s'exprimant par ma bouche. Le travail de création m’était si étranger que, vu sous cet angle, je ne pouvais considérer le résultat comme m’appartenant. Au contraire, avec l'ouvrage de Seth, je recevais un produit fini d’une excellente qualité, à l’égard duquel je suis pleine de gratitude. Je prenais conscience que seuls mes propres écrits me donnent le type de satisfaction créatrice dont j’ai besoin, satisfaction engendrée par la manière dont j’appréhende le matériau inconscient et par l’excitation afférente à cette quête. Ce n’était pas parce que Seth concevait son oeuvre que je devais me sentir dispensée de produire la mienne. Je me serais considérée comme dépouillée si je n’avais pas poursuivi mon propre travail. On peut naturellement m’objecter que, dans l’ouvrage, c’est précisément parce que les processus utilisés m’échappent, dans un état normal de conscience, que le produit final semble émaner d’une autre personnalité. Je ne peux que faire état de mes propres sentiments et insister sur ce fait : l’ouvrage de Seth et les six mille pages de son message ne relèvent pas de ma propre expression créatrice ou de ma responsabilité. En dépit de cela je cuis consciente du fait que ma présence était nécessaire à la production du livre. Seth avait besoin de mon habileté à manier les mots et même, je le pense, de ma tournure d’esprit. Il est certain que mon entraînement d’écrivain aide à la traduction de son message et facilite sa mise en forme, en dépit de sa formulation inconsciente. J’imagine que certaines caractéristiques personnelles sont importantes, comme l’agilité avec laquelle je peux orienter le foyer de ma conscience. Seth se fait encore plus précis quand il dit au chapitre 4 : « L’information dispensée par ce livre passe, dans une certaine mesure, par les sens internes de la femme qui est en transe, lorsque je l’élabore. Un tel effort est le résultat d’une précision intérieure de haut niveau et d’un entraînement. Quand cette femme était fortement présente au monde physique, elle ne pouvait pas recevoir d’enseignement de ma part et celui-ci n’aurait pu être, dans ces conditions, ni traduit, ni interprété. » Quoi qu’il en soit, même si on le considère uniquement comme un exemple de production inconsciente, Le Livre de Seth montre clairement que l’organisation, la discrimination et le raisonnement ne sont certainement pas des qualités propres au seul esprit conscient. Il fait la démonstration du niveau d’acuité dont le soi intérieur peut faire preuve. Je ne me crois pas capable d'obtenir de moi-même l’équivalent de l'ouvrage de Seth. Tout au plus pourrais-je aborder certains points importants, peut-être dans des poèmes isolés ou dans des essais. Encore seraient-ils dépourvus de l’unité, de la continuité et de l'organisation que Seth a automatiquement mis en place. De plus, pendant ces séances, certaines expériences exceptionnelles compensent mon absence de participation créatrice consciente. Souvent, par exemple, je partage la grande énergie et l’humour de Seth. J’en éprouve un sentiment de richesse émotionnelle et je ressens sa personnalité à un niveau inconnu ; son humour et sa vitalité, même s'ils ne me concernent pas directement mais s’adressent à un interlocuteur du moment, m'affectent néanmoins de manière positive. De plus, comme les notes de Rob en témoignent, je fais des expériences d'un type différent, alors que je parle pour Seth. J’ai parfois des visions intérieures. Elles peuvent illustrer le propos de Seth – de telle sorte que l’information prend alors deux aspects différents – ou bien être tout à fait distinctes de ce qui s’écrit. Il m'est arrivé aussi d’avoir plusieurs expériences « hors du corps » pendant ces séances. A cette occasion je voyais des événements se dérouler à quelques milliers de kilomètres de distance. Le Livre de Seth est une démonstration de l’essence multidimensionnelle de la personnalité humaine ; il prouve bien que nous existons simultanément dans de nombreuses réalités, que l’âme, ou soi intérieur, n’est pas distincte de nous, mais le véritable milieu dans lequel nous évoluons. Seth insiste sur le fait que la « vérité » ne se trouve pas en allant de maître en maître, ou en passant d’une Eglise à l’autre, mais en regardant dans le Soi. La connaissance intuitive de la conscience, les « secrets de l’univers » ne sont pas des vérités ésotériques, qui, de ce fait, doivent être dissimulées aux gens. Une telle information est, pour l’homme, aussi naturelle que l’air. Elle est à la disposition de ceux qui cherchent honnêtement, en se tournant vers la source intérieure. Selon moi, Seth a écrit un livre qui, dans son genre, est un classique. Après m’être adressée prudemment à lui, comme à une « personnalité », je me sens obligée d’ajouter que nous sommes en présence d’un philosophe et d’un psychologue astucieux, profondément informé des subtilités de la personnalité humaine. Il est parfaitement conscient des grandeurs et des servitudes de notre type de conscience. Je suis intriguée par le fait que ce livre ait été écrit grâce à moi, sans que mon esprit conscient y participe, lequel d'ordinaire, pour mon propre travail, contrôle, organise et critique, dans l’anxiété. De plus, quand mes capacités créatrices et intuitives disposent d'une grande liberté, l'esprit conscient subit un contrôle précis. Pourtant je n’ai pas écrit ce livre à partir de ma propre substance, à la manière dont certains poèmes semblent l’avoir été ; il provient d’une source particulière. Il est coloré par la personnalité de l’auteur, distincte de la mienne. L’entreprise créatrice, envisagée dans son ensemble, peut être considérée comme l’émergence d’une personnalité, Seth, qui produit ensuite des livres. Seth est peut-être une création, tout autant que l’est son art. Si tel est le cas, c’est un excellent exemple d’art multidimensionnel, réalisé à un niveau de l’inconscient tellement riche, que « l’artiste » n’est pas conscient de son travail. Et il est, luimême, tout aussi intrigué que pourrait l’être n’importe qui. Cela constitue une hypothèse intéressante. En réalité, Seth parle de l’art multidimensionnel dans son livre. Mais il fait plus qu’écrire des livres. Il développe pleinement une personnalité aux intérêts variés : écriture, enseignement, aide apportée à d’autres. Son sens de l’humour est tout à fait particulier et différent du mien. Il est rusé, d’une manière plus terrienne qu’éthérée. Il sait comment expliquer simplement les théories complexes, dans un contact intime. Et, ce qui est peut-être plus important, il se montre capable de relier ces idées à la vie ordinaire. Seth apparaît fréquemment dans les rêves de mes étudiants pour leur donner des instructions efficaces. Il leur suggère des méthodes pour utiliser leurs aptitudes ou pour atteindre certains objectifs. Ils font aussi, presque tous, de fréquents « rêves de classe » au cours desquels Seth s’adresse à eux en tant que groupe et provoque des expériences oniriques. Parfois ils le voient tel qu’il apparaît dans le portrait réalisé par Rob. A l’occasion il parle par l’intermédiaire de mon image, comme au cours des séances. Il m’est arrivé plusieurs fois, lorsque de telles séances de rêves avaient lieu, de me réveiller alors que les mots de Seth étaient encore présents dans mon esprit. Il n’est pas insolite, bien sûr, que les étudiants rêvent de Seth ou de moi. Mais de toute évidence il a atteint à leurs yeux un statut indépendant, devenant un véhicule d’instruction, même dans l'état de rêve. En d’autres termes, à coté de la production continue du message de Seth et de ce livre, il s’est manifesté auprès de nombreuses personnes. Le travail qui à été accompli en sept ans est d’une grande envergure. De la part d’une personne qui n’appartient pas au monde physique, c’est étonnant. Attribuer cette activité à une production de l’inconscient peut paraître excessif (pendant cette période j’ai publié deux livres, j'en ai terminé un autre et. commencé un quatrième. Je mentionne ces faits pour montrer que Seth n’a affaibli en rien ma propre créativité). Rob et moi ne nous référons pas à Seth en tant qu’esprit. Nous n’aimons pas les connotations attachées à ce mot. Il est le prolongement de conceptions étriquées et projetées, de façon plus ou moins modifiées, dans un au-delà. Vous pouvez dire que Seth a adapté son inconscient, ou qu’il est une personnalité indépendante. Personnellement, je ne vois pas en quoi ces affirmations sont contradictoires. Seth peut s’être adapté, jouant un rôle tout à fait réel, exprimant sa réalité supérieure, dans les seuls termes que nous pouvons comprendre. C'est mon opinion actuelle. Pour moi, le mot « inconscient » est pauvre. Il ne donne qu’une faible idée d’un système psychique ouvert sur le présent. Ce système comporte un réseau profond de racines unissant tous les types de conscience, réseau auquel nous sommes tous connectés. Notre individualité vient de lui mais contribue aussi à le former. Cette source contient l’information passée, présente et future ; seul l’ego expérimente le temps tel que nous le connaissons. Je crois aussi que ce système ouvert contient d’autres types de conscience que le nôtre. En raison de mes propres expériences, en particulier celles d’états hors du corps, je suis convaincue que la conscience ne dépend pas de la matière physique. Actuellement la vie telle que nous l’entendons est de toute évidence mon principal mode d’existence. Mais je n’en conclus pas pour autant que la conscience dans son ensemble doive être orientée de cette manière. Il me semble que seul l’égocentrisme le plus aveugle se risquerait à définir la réalité en fonction de ses conceptions, ou en projetant ses conceptions et son expérience sur la totalité de l’existence. J’accepte l’idée que Seth soit une personnalité multidimensionnelle, telle qu’elle est décrite dans ce livre, parce que mon expérience et celle de mes étudiants semblent la confirmer. Je pense aussi que dans un système ouvert, et de source inépuisable, Seth est indépendant et agit d’une façon tout à fait différente de la nôtre. De quelle façon ? Très honnêtement, je l’ignore. Je suis parvenue à exposer mes propres vues en essayant de préciser au plus près ma pensée, dans un court mémoire, rédigé de façon intuitive, pour mon cours d'E.S.P. J’en ai alors profité, pour moi-même, aussi bien que pour mes élèves, pour clarifier mes idées. Rob m'avait parlé des « Speakers », comme Seth les appelle dans ce livre – des personnalités qui n’ont cessé de parler à l’homme à travers les âges, pour lui rappeler la connaissance intérieure, afin qu’elle ne soit jamais oubliée. Cette hypothèse m’a inspirée lors de la rédaction de ce petit texte. Il dresse le cadre dans lequel je pense que Seth et ses semblables peuvent exister. Les uns et les autres nous cheminons selon un parcours que nous ne comprenons pas toujours. Nous sommes constitués d’éléments, de substances chimiques et d’atomes, mais néanmoins nous nous exprimons et répondons à notre nom. A partir de notre tissu intérieur, nous organisons le tissu extérieur qui constitue notre chair et nos os. Nos identités et personnalités proviennent de sources que nous ignorons. « Peut-être notre être profond a-t-il toujours attendu, caché au sein des potentialités de la création, dispersé et ignorant – dans la pluie et le vent qui balayaient l’Europe au XIIIe siècle, dans les pesantes chaînes de montagnes ou dans les nuages qui se bousculaient parmi les cieux –, d’autres temps, d’autres lieux ? Peut-être avons-nous été emportés, particules de poussière, sur les seuils de la Grèce ancienne ? Peut-être avons-nous brillé des millions de fois dans le conscient et l’inconscient, touchés par le désir, par l’aspiration à une créativité et à une perfection que nous comprenions à peine ? « Il en est d’autres, et je pense à Seth, comme lui sans images, mais en possession de la connaissance – certaine qui ont eu un destin identique au nôtre et plus encore –, d’autres enfin qui se souviennent de ce que nous avons oublié. Ils ont pu découvrir, à travers quelque accélération de la conscience, d'autres formes de l'être, ou des dimensions de réalité dont nous faisons également partie. « Ainsi leur donnons-nous des noms, à eux qui sont sans nom, tout comme nous qui, fondamentalement, en sommes dépourvus. Et nous écoutons leurs messages, mais d'ordinaire nous essayons de les enfermer dans des concepts que nous pouvons comprendre, en les déguisant sous des images stéréotypées, usées. Pourtant, tous ils nous entourent, présents dans le vent et les arbres, revêtant une forme ou non, de bien des façons plus vivants que nous ne le sommes – les Speakers ainsi que Seth les appelle. « A travers ces voix, ces perceptions et messages, à travers nos intuitions, en un éclair, l’univers nous parle. Il parle à chacun d’entre nous, personnellement. Il s’adresse à vous comme à moi. Apprenez à écouter vos propres messages, et non à traduire ou à déformer dans de vieux alphabets ce que vous entendez. « En classe (et d’une manière générale dans la vie) je pense que vous répondez à de tels messages, parfois en les interprétant avec un sérieux presque enfantin, en leur donnant la forme d’une dramaturgie originale et individuelle – les drames qui naissent en nous remplacent ce qui ne peut être exprimé par des mots. « C’est peut-être là ce qui plait aux « dieux », un jeu à partir duquel la création se développe tous azimuts. Nous pouvons répondre aux dieux en nous-même – je fais allusion à ces étincelles intérieures de savoir qui défient notre connaissance tridimensionnelle. « Seth peut nous conduire hors de nos limites habituelles, dans un autre domaine qui nous appartient de droit – qui nous est essentiel, que nous soyons ou non dans notre corps. Peut-être est-il la voix de nos Soi rassemblés lorsqu’il avance ceci : « Quand vous êtes des corps conscients, rappelez-vous ce qu’était et ce que sera le fait d’être sans corps, d’être une énergie sans nom, en roue libre, mais avec une voix qui s'exprime hors de toute enveloppe charnelle, possédant néanmoins sa propre créativité. Vous êtes vous-même, mais à l’envers. » Quoi qu’il en soit, indépendamment de mes idées sur Seth ou sur la nature de la réalité, ce manuscrit doit se suffire à lui-même en tant que livre. Il porte la marque de la personnalité de Seth, comme tout livre porte, de façon indélébile, la marque de son auteur, ni plus ni moins. En dépit de leur origine, ou précisément à cause d’elle, les idées qu’il contient méritent attention. Quand nos séances débutèrent, je pensais publier cet enseignement comme s’il venait de moi, afin qu'il fût accepté sur sa propre valeur et sans que des questions concernant son origine soient soulevées. En définitive cela ne me parut pas justifiable, dans la mesure où Le Livre de Seth fait partie du message et le renforce. La dictée de Seth est reproduite; telle qu’elle fut reçue, sans paragraphe ajouté ou retranché. Le texte tient compte évidemment de la différence entre langage parlé et langage écrit. Les séances tenues avec la classe d’E.S.P. sont moins formelles et comportent une part importante d’échanges. Ce livre, donc, est beaucoup plus près de nos séances privées, au cours desquelles le corpus de l’enseignement est formulé. L’accent est plus précisément mis sur le contenu, le mot écrit prend le pas sur le mot prononcé. La structure de la phrase, à quelques exceptions près, n’a pas été modifiée. D’une phrase trop longue j’en fais parfois deux. Par exemple, dans son ensemble, la ponctuation a été indiquée par Seth. Dans ce cas, nous avons seulement introduit des traits d’union, des points-virgules, tels qu’il les suggérait, et supprimé les interventions proprement dites, afin de ne pas distraire le lecteur. Seth nous a parfois demandé d’utiliser des guillemets ou de souligner certains mots. Bien que Seth soit très attentif à la syntaxe et au sens, les phrases sont souvent longues, si on considère qu’il s’agit d’une expression orale. Lorsqu’une difficulté de cet ordre semblait se présenter, nous avons contrôlé la séance d’origine, et constaté qu’à un certain moment une erreur de transmission avait été commise (j’en ai fait précisément la remarque car j’ai tenté de dicter des lettres au magnétophone avec un manque de succès notable. Après les premières phrases, j'avais une grande difficulté à me rappeler ce que j’avais dit, ou comment je l’avais exprimé). Le contrôle se faisait principalement sur les notes de Rob, car il les met au net. Dans certains cas, un enseignement qui n’appartient pas au livre a été inclus dans la mesure où il nous a paru pertinent de le faire, et notamment quand il jetait un éclairage sur la façon de présenter le message ou fournissait des indications sur Seth lui-même. Comme le montrent également les notes de Rob, Seth a commencé à dicter l’appendice dès que le livre a été terminé. Détail cocasse : j’ai passé plusieurs jours à me demander si je devais l'établir, et dans l’optique où Seth le faisait, je me suis interrogée sur le moment qu’il choisirait. Or il avait déjà entrepris de le dicter. Dans le même ordre d’idées il faut également noter ceci : j’ai l’habitude de rédiger trois versions de mes textes, ce qui ne m’empêche pas parfois de demeurer insatisfaite. Ce texte a été dicté d'emblée dans sa version définitive. Seth a également suivi son plan beaucoup plus fidèlement que je ne l’ai jamais suivi moi-même. Il s’en est également écarté dans quelques cas, ce qui est le droit de chaque auteur. A partir de maintenant, Seth parle pour lui. Jane Roberts, Elmira, New York, 27 Septembre 1971. ...

6679 lectures

Voir aussi

Soutenir le Site ! Le savoir n'est pas gratuit

Les ouvrages mis en partage sur ce site le sont gratuitement. Mais maintenir en ligne un tel site...

Lire la suite

Villard Pierre - Voyage au bout de Céline

Auteur : Villard Pierre Ouvrage : Voyage au bout de Céline Sur les traces de Louis-Ferdinand Céline...

Lire la suite

Pierrat Jérôme - Une histoire du milieu

Auteur : Pierrat Jérôme Ouvrage : Une histoire du milieu Grand banditisme et haute pègre en France...

Lire la suite

Dusen Wilson Van - Ces voix qui vivent dans ma tête

Auteurs : Dusen Wilson Van - Marzinsky Jerry - Jagatic George - De Montréal Bernard - Tracy Serge -...

Lire la suite

Le Harfang - Volume 09 Numéro 02

Auteur : Le Harfang Ouvrage : Volume 09 Numéro 02 Année : 2020 Lien de téléchargement :...

Lire la suite

Saint-Yves d'Alveydre Joseph Alexandre - Mission des juifs Tome 2

Auteur : Saint-Yves d'Alveydre Joseph Alexandre Ouvrage : Mission des juifs Tome 2 Année : 1884...

Lire la suite

Saint-Yves d'Alveydre Joseph Alexandre - Mission des juifs Tome 1

Auteur : Saint-Yves d'Alveydre Joseph Alexandre Ouvrage : Mission des juifs Tome 1 Année : 1884...

Lire la suite

Bouysse Grégory - Encyclopédie de l'Ordre Nouveau Hors-série Français sous l'uniforme Allemand Partie 3

Auteur : Bouysse Grégory Ouvrage : Encyclopédie de l'Ordre Nouveau Hors-série Français sous...

Lire la suite



Donner


Histoire E-Book
Recension d'ouvrages rares et interdits


Histoire E-Book