Adamski George - A l'intérieur des vaisseaux de l'espace


Auteur : Adamski George
Ouvrage : A l'intérieur des vaisseaux de l'espace
Année : 1955

Lien de téléchargement : Adamski_George_-_A_l_interieur_des_vaisseaux_de_l_espace.zip

Introduction par Charlotte Blodget. Dans l’introduction de ce livre, je désire commencer par déclarer que bien que nul ne pourra se défendre d’en trouver le contenu fascinant, je suis pleinement consciente qu’à des degrés variés l’incrédulité va apparaître. Certains accepteront les déclarations de George Adamski selon lesquelles ses expériences dans les vaisseaux de l’espace furent des faits réels. Beaucoup, sentant la sincérité avec laquelle il raconte son histoire, le définiront comme un honnête homme abusé et classeront son aventure dans la catégorie des faits psychiques et mentaux. D’autres encore, habitués à rejeter tout ce qui n’est pas encore familier, prendront plaisir à écrire que tout cela n’est qu’une mystification. Bien que j ’ai eu l’occasion de voir des vaisseaux de l’espace en plusieurs occasions, tant ici aux Bahamas, où je vis, qu’à Palomar durant les semaines que j ’y ai passé l’été dernier, je ne suis jamais entrée à l’intérieur d’un seul d’entre eux. Je n’ai pas davantagé, à ma connaissance, rencontré un homme de l’espace. J ’ai cependant rencontré George Adamski. Le connaître conduit au moins à une certitude: c’est un homme dont l’intégrité n’est pas contestable. Après avoir lu «Les Soucoupes Volantes Ont Atterri», et comme je devais passer l’été en Californie avec les membres de ma famille, j ’écrivis à M. Adamski, lui décrivant mes observations et lui demandant si je pourrais entrer en contact avec lui. Une invitation cordiale à le faire fut sa réponse. Je n’hésite pas à dire que je fis ma première visite à Palomar Terraces avec quelque inquiétude. J ’étais préparée à tout: du lunatique brillant à l’inoffensif mythomane ou peut-être même à un culte californien né dans le sillage de l’intérêt porté aux soucoupes volantes. Ce que je trouvai fut un homme très éloigné de tout cela et assez difficile à décrire. Mais première réaction fut qu’un crime mineur avait été commis en permettant qu’une photo de lui aussi inadéquate fut publiée sur la jaquette de «Les Soucoupes Volantes Ont Atterri». Non seulement Adamski était un homme bien de sa personne, mais sur son visage agréable était clairement peinte l’intégrité. C’est aussi, comme je le découvris durant mes semaines là-bas, un visage duquel ne s’efface jamais une expression de patience et de bonté. Cela ne veut pas dire qu’Adamski ait évolué au-delà du point où les petites irritations qui augmentent la pression sanguine des êtres inférieurs ont cessé de le toucher. Loin de là ! En cas d’incident, comme un tuyau récalcitrant dans ses mains de plombier improvisé ou quand il est incapable de trouver un marteau, il a un vocabulaire aussi normal que celui de n’importe quel homme. Mais son irritation s’étend rarement à une autre personne. Tous ceux qui trouvent le chemin de sa porte qu’ils soient ennuyeux, pestiférés ou belliqueux, rencontrent la même courtoisie patiente que les gens intelligents, charmants ou importants. Bref, il possède la véritable compréhension et la compassion. Cela, couplé avec un sens de l’humour toujours en alerte, le rend très facile à approcher. Il ne demande à personne d’être en accord avec tout ce qu’il dit ou croit. Il a la véritable humilité qui empêche l’arrogance. Le fait qu’Adamski possède plus de sagesse que d’éducation scolaire est, dans son cas, un avantage, car cela le rend libre des chaînes qui trop souvent entravent les esprits académiques. Il est étonnamment bien informé sur la plupart des sujets y compris les événements mondiaux et leurs causes cachées. Peut-être est-ce à cause de cela qu’il paraît parfois un peu prophète. A part un total manque de besoin d’acquérir des biens matériels, ce qui pousse parfois certains à tirer profit de lui, Adamski se caractérise comme un homme bien équilibré. J ’incline à croire que la patience remarquable manifestée par Adamski doit avoir joué un grand rôle dans sa sélection par nos Frères des autres planètes en tant qu’un de leurs importants émissaires sur Terre. La patience d’Adamski n’est pas celle qui se manifeste par la quiétude et la satisfaction de s’assoir auprès d’un feu ou à l’ombre d’un arbre mais bien la patience qui pousse à l’action. Par exemple, une fois qu’il devint convaincu de la nature extraterrestre des étranges objets qu’il avait vu dans les cieux, il commença à chercher à obtenir l’évidence photographique de leur réalité. Que cela allait être un projet de longue haleine devait être évident. Les hasards du climat et le temps qu’il y consacra ne détournèrent pas Adamski de son but. En fait, cinq ans passèrent (de 1948 à 1952) avant que, parmi des centaines de tentatives, il obtint des différents types de vaisseaux spatiaux qu’il avait observés une ou plusieurs photographies réussies. Alors seulement considéra-t-il comme achevé le stade initial de ses recherches soucoupiques. Depuis lors, des photographies prises en de nombreux endroits du monde ont été rendues publiques, montrant les mêmes types de vaisseaux, corroborant ainsi la validité des photographies d’Adamski. Léonard G. Cramp, M.S.I.A., réalisa des schémas orthographiques comparatifs de la vedette vénusienne d’Adamski et du vaisseau photographié par un garçon de treize ans, Stephen Darbirshire (la soucoupe de Coniston) et prouva que les deux étaient identiques en structure et proportions. Ces schémas se trouvent dans le livre de Cramp «Space, Gravity and the Flying Saucer» (un livre recommandé aux scientifiques et aux esprits techniques). Avant de quitter Palomar Terraces, je suggérai à Adamski que pour ceux qui, inévitablement, demanderaient des «évidences concrètes», il devrait inclure dans son livre des témoignages de personnes n’ayant pas à rester silencieuses pour des raisons personnelles ou de sécurité, ou peut-être des photos prises à l’intérieur de vaisseaux de l’espace ou quelque objet fabriqué sur une autre planète. Bien que je comprenais l’opinion d’Adamski qui pensait que de telles évidences accompliraient en réalité peu de choses, je demeurais curieuse de savoir quelles réactions cela produirait auprès des amis et connaissances que je pourrais rencontrer. Il y avait parmi eux des scientifiques éminents, des professeurs de diverses disciplines et des personnes du beau monde. Je découvris un intérêt plus grand pour les soucoupes que je ne l’avais imaginé. Mieux: non seulement il y avait peu de septicisme eu égard au fait que ces étranges vaisseaux étaient dans nos cieux, mais on était également prêt à les accepter comme d’origine interplanétaire. Ce que peu étaient capables d’avaler c’était qu’Adamski avait vu et parlé à nos voisins des autres planètes et avait été emporté dans leurs vaisseaux. Un manque de connaissances approfondies à propos de l’espace était facilement admis. Le concept des distances infranchissables entre les planètes n’est plus maintenu par un grand nombre de nos scientifiques ni même celui, vieillot, selon lequel «l’année lumière» puisse encore servir de base à la mesure du temps. (N.d.T.: l ’année lumière n ’est pas une mesure de temps mais de distance !) Les courants de l’espace — à défaut d’un meilleur terme - sont admis comme un mystère qui reste à explorer. La conquête de la gravitation est encore du domaine du futur. Comme la science a fait d’indéniables bons pendant notre existence, il est parfois facile d’oublier que nous sommes encore des enfants dans notre compréhension du vaste Univers dont nous ne sommes qu’une toute petite partie. Nous fermons les yeux sur le fait que continuellement à travers l’histoire les suppositions d’hier ont été remplacées par les découvertes du lendemain. Plus l’esprit humain croît en maturité et plus il réalise que les miracles sans fin d’une création infinie ne peuvent être mesurés par aucune des méthodes de mesure qu’il puisse, concevoir. C’est excitant, non pas affolant ni décourageant. Seul l’esprit immature rejette rapidement tout ce qui est en dehors de son expérience quotidienne ou au-delà de la compréhension de son imagination limitée. ...

You might also like

Soutenir le Site ! Le savoir n'est pas gratuit

Les ouvrages mis en partage sur ce site le sont gratuitement. Mais maintenir en ligne un tel site...

Lire la suite

Faits et documents - 503

Auteur : Faits et documents Ouvrage : 503 Année : 2022 Lien de téléchargement :...

Lire la suite

Nexus - 127

Auteur : Nexus Ouvrage : 127 Année : 2020 Lien de téléchargement : Nexus_-_127.zip Le plus...

Lire la suite

Nexus - 126

Auteur : Nexus Ouvrage : 126 Année : 2020 Lien de téléchargement : Nexus_-_126.zip Le plus...

Lire la suite

Nexus - 124

Auteur : Nexus Ouvrage : 124 Année : 2019 Lien de téléchargement : Nexus_-_124.zip Magazine...

Lire la suite

Nexus - 125

Auteur : Nexus Ouvrage : 125 Année : 2019 Lien de téléchargement : Nexus_-_125.zip Le plus...

Lire la suite

Nexus - 123

Auteur : Nexus Ouvrage : 123 Année : 2019 Lien de téléchargement : Nexus_-_123.zip Magazine...

Lire la suite

Nexus - 121

Auteur : Nexus Ouvrage : 121 Année : 2019 Lien de téléchargement : Nexus_-_121.zip Magazine...

Lire la suite

Nexus - 122

Auteur : Nexus Ouvrage : 122 Année : 2019 Lien de téléchargement : Nexus_-_122.zip Magazine...

Lire la suite

Nexus - 120

Auteur : Nexus Ouvrage : 120 Année : 2019 Lien de téléchargement : Nexus_-_120.zip Magazine...

Lire la suite




Histoire Ebook
HISTOIRE EBOOK
Recension d'ouvrages rares et interdits