Auteur : Adinolfi Gabriele
Ouvrage : Covid reset Des anticorps, vite !
Année : 2020

Lien de téléchargement : Adinolfi_Gabriele_-_Covid_reset.zip

Ce ne sera jamais comme avant. Quand, et si, la pandémie, l’infection et la psychose de la Covid 19 finissent un jour, de quelque façon qu’elles se terminent, le monde ne sera plus le même. Làdessus, nous sommes tous d’accord. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois au cours de ce millénaire. Au lendemain de la destruction des tours jumelles, Bush Jr. affirmait déjà : « Rien ne sera comme avant ». Et, en effet, beaucoup de choses ont changé dans notre mode de vie, à commencer par notre accoutumance à nous laisser dépouiller de nos droits intimes et à subir des intrusions, même de la part de civils. Aujourd’hui, une humanité anxieuse, en particulier en Europe, aspire à retrouver la normalité, nouvelle ou ancienne peu importe. Elle pensait avoir exorcisé la mort, en la cachant sous le tapis, en organisant des funérailles bâclées en guise de rite de refoulement. Or, voilà que maintenant, matraquée de manière obsessionnelle par la terreur pandémique des médias, elle redécouvre avec effroi une loi naturelle qu’elle s’obstinait à ne pas voir : celle de la mort. Pire encore: qu'elle est inévitable. L’humanité occidentale, bouleversée par cette découverte, se montre désormais incapable de faire face à la mort, et donc à la vie. Certains pays catholiques comme l’Espagne ou l’Irlande, peut-être parce qu’ils sont plus habitués à l’assistance caritative que d’autres, sont particulièrement traumatisés par l’évidence de cette issue. Surtout si l’on meurt isolé, et que l’on n’a oublié les paroles de la chanson de Fabrizio De André: « Quand on meurt, on meurt seul ». C’est pourquoi veut-on être accompagné, pour ne pas avoir trop peur ? Allez savoir ! Cela ne promet rien de bon pour l'avenir, parce que l’inconsistance anthropologique n’offre aucune perspective. En choisissant la passivité et des solutions qui n’engagent pas sa propre responsabilité, c’est un désastre sans égal qui s’annonce. Cela dit, chacun se demande : quel futur peut-on imaginer ? Que peut-on espérer ? Toute la classe dirigeante mondiale se pose la question et suggère des réponses dans lesquelles on pense avoir trouvé le Reset (la relance) de l’économie. Soit la New Economy, soit la Green Economy. Et elle se tourne vers Davos, où chacun s’illusionne de voir enfin tranchés les noeuds et résolues les controverses. D’autres aussi regardent vers Davos. pour savoir où nous conduit le Grand Frère. Les uns comme les autres sont, comme diraient les Français, à côté de la plaque. Bien sûr, ils se trompent. ...