Auteur : Brocheux Pierre
Ouvrage : Les décolonisations au XXe siècle La fin des empires européens et japonais
Année : 2012

Lien de téléchargement : Brocheux_Pierre_-_Les_decolonisations_au_XXe_siecle.zip

Introduction générale. PARMI LES ÉVÉNEMENTS qui succédèrent à la Seconde Guerre mondiale, la disparition des grands empires coloniaux que les États européens avaient édifiés au cours du XIX siècle est capitale. En 1939, environ un tiers de la population mondiale était soumis à une domination de type colonial exercée par la Grande-Bretagne, qui possédait « l’empire où le soleil ne se couchait jamais », la France, la Hollande, la Belgique, le Portugal, l’Espagne, l’Italie, les États-Unis et le Japon . En 1945, la légitimité de la possession d’un territoire, de ses ressources et de la soumission de sa population aux pouvoirs politiques, économiques et culturels d’une métropole étrangère, est remise en cause par la communauté internationale. Bien au contraire, les États-Unis, la Grande-Bretagne et la coalition d’États qu’ils conduisaient, avaient abattu les régimes « fascistes » allemand, italien et japonais au nom de la liberté et de l’égalité des peuples. Mais presque immédiatement, la Realpolitik allait entrer en contradiction avec ces principes généreux, notamment dans les domaines impériaux. Le président américain Franklin D. Roosevelt le prévoyait lorsqu’il disait à son fils Elliott le 22 janvier 1943 : « Voici : lorsque nous aurons gagné la guerre, je travaillerai de toutes mes forces pour que les États-Unis ne soient amenés à accepter aucun plan susceptible de favoriser les ambitions impérialistes de la France ou, d’aider, d’encourager les ambitions de l’empire anglais. » Mon père m’a dit…, Paris, Flammarion, 1947, p. 145. Leurs buts de guerre et leur projet d’organisation du monde furent transcrits dans la Charte de l’Atlantique (14 août 1941). Parmi les principes fondamentaux de la Charte, quatre retiennent notre attention : - l’interdiction d’annexer un territoire ; - l’interdiction de modifier les frontières sans l’accord librement consenti des peuples intéressés ; - le droit pour chaque peuple de choisir la forme de son gouvernement ; - l’égalité d’accès aux matières premières. Ces principes furent intégrés dans la Charte des Nations unies datée du 6 juin 1945. Les empires coloniaux regroupaient des territoires et des populations sous administration directe (colonies de peuplement ou d’encadrement et d’exploitation) ou indirecte (protectorats, mandats de la SDN puis de l’ONU). D’une manière générale, les régimes d’administration indirecte dans l’empire français (au Maghreb et en Indochine, et dans le pays de mandat du Moyen-Orient) évoluèrent vers l’administration directe. ...