Auteur : Economies et sociétés
Ouvrage : La France vassale
Année : 1989

Lien de téléchargement : Economies_et_societes_-_La_France_vassale.zip

Introduction. Frédéric Poulon. Poser la question de la France vassale revient à poser la question des rapports de la France avec la puissance aujourd'hui dominante (les Etats-Unis d'Amérique) et, du même coup, avec les autres pays de la Communauté Economique Européenne, tant il est vrai que la CEE est liée aux Etats-Unis. Les rivalités commerciales entre les Etats-Unis et la CEE n'empêchent pas celle-ci de faire acte d'allégeance envers le suzerain qui lui garantit sa sécurité, en clair d'accepter l'hégémonie américaine. La France est sans doute le pays de la Communauté où cette subordination est le moins unanimement acceptée. Certes, il y a en France beaucoup de personnes, en particulier parmi les dirigeants et dans les rangs de l'intelligentsia, qui ont « une stratégie de soumission », mais il y a aussi, et apparemment plus qu'ailleurs, de nombreux insoumis. C'est cette division de l'opinion qui rend le débat sur la vassalité nationale si intéressant à étudier dans le cas de la France. Parler de la « France vassale » ne pouvait donc être fait qu'avec un point d'interrogation. Tout n'est pas encore joué. Entre les triomphateurs et les défaitistes, entre ceux qui se félicitent en croyant avoir amarré la France au grand vaisseau américain et ceux qui se résignent au rôle de vassal, il y a le grand nombre de ceux qui ne croient pas à la fatalité de la sujétion. Parmi eux, il est vrai, seule une petite phalange a compris qu'il était urgent d'entamer la lutte pour sauver l'autonomie. En somme, tout n'est pas perdu, mais il faut se battre. La difficulté de l'entreprise est qu'il faut être sur plusieurs fronts à la fois. ...