Auteur : Figuier Louis
Ouvrage : Esprits et médiums ou L'histoire des tables tournantes
Année : 1840-1860

Lien de téléchargement : Figuier_Louis_-_Esprits_et_mediums.zip

Chapitre 1 : Phénomènes du magnétisme transcendant, antérieurs aux tables tournantes - Les magnétiseurs mystiques - La société exégétique de Stockholm - Lavater - Les mystiques en France - Anecdote rapppportée par M. R Récamier - Autre fait raconté par le docteur Parent - Lord Castelreagh - La voyante de Prevorst, etc. L’époque révolutionnaire étant close avec le dix-huitième siècle, les manifestations des phénomènes merveilleux en France vont, pendant quelque temps, perdre beaucoup de leur importance et de leur variété. À part un petit nombre d’hommes qui, suivant les leçons et l’exemple du marquis de Puységur, continuent d’appliquer le magnétisme à la guérison ou au soulagement des malades, le résultat généralement et presque uniquement recherché est le phénomène de la transposition des sens produit par le magnétisme animal. On se met en quête de sujets lucides ; on loue et on entretient des cataleptiques ; on donne des séances gratuites ou non gratuites, mais qui constituent, dans l’un et l’autre cas, un amusement fort malsain pour l’esprit public. Cette diffusion du magnétisme animal commence à réveiller dans les masses les croyances superstitieuses. Avec une visée plus haute et des moyens plus honnêtes, le mysticisme arrivait donc au même résultat que le charlatanisme. Les Swedenborgistes et les mystiques, en général, n’avaient pas replié leur drapeau devant la découverte de Mesmer ; ils furent les premiers à l’admettre, mais ils l’interprétèrent immédiatement au profit de leur doctrine. Pour eux, ce qu’il y avait de physique dans le magnétisme, n’était que secondaire et purement instrumental ; ce qui en faisait le fondement était de l’ordre moral et spirituel1. La Société exégétique de Stockholm, remarquant une certaine analogie entre l’imposition des mains, telle que la pratiquaient les apôtres, et les manipulations des magnétiseurs, expliquait les guérisons opérées par ceux-ci en rappelant les termes de cette promesse : « Ce sont ici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru ; ils imposeront les mains aux malades, et ils seront guéris. » Pour les Swedenborgistes, la maladie est l’esprit de maladie ; la guérison est le remplacement du mauvais esprit par un esprit meilleur, et le somnambule est une personne inspirée de Dieu. ...