Auteur : Le Scouëzec Maurice
Ouvrage : Le voyage à Madagascar précédé de Afrique, 1928
Année : *

Lien de téléchargement : Le_Scouezec_Maurice_-_Le_voyage_a_Madagascar.zip

Introduction. L’Afrique : c’était, pour Le Scouëzec, un mot magique. Déjà, en Mars 1905, n’avait-il pas écrit : « Je n’ai plus qu’une seule issue, c’est l’Afrique » ? On a lu, dans L’Insoumis, les romantiques mouvements de plume que lui inspirait, à cette époque, la pensée du continent noir. Il l’associait dès lors dans son esprit à la liberté. Et Dieu sait si être libre représentait pour lui la raison même de l’existence. Il avait commencé en contournant par trois fois les côtes occidentales de cette terre massive, avant d’en doubler le Cap de Bonne-Espérance. Au retour de son deuxième voyage, après son hospitalisation à Nouméa, il avait été rapatrié par le Canal de Suez. Mais il n’avait vraiment mis le pied sur la rive orientale qu’en octobre 1905, à l’époque de son équipée au Kenya. Il avait alors parcouru le sud-est, de Dar-es-Salam à Johannesburg, pour revenir terminer ce premier séjour mouvementé à l’hôpital de Zanzibar. Ce n’était donc pas en néophyte qu’il débarqua à Dakar, avec sa première bourse de peintre, en Février 1925. Mais cette fois, il va au Soudan et de là il gagnera la Haute-Volta. Déjà les eaux du Bani, le Bar Tenga désertique et fascinant, puis San, Bobo-Dioulasso et les Bobos, Dédougou. Les forteresses en pisé du Burkina-Faso le séduisent, avec leurs murs jaunes, secs et muets ; les femmes, avec le reflet bleu de leur peau. Il revient en 1928, sur ses propres traces avec Mathilde Merle. Jusque-là il n’a rien écrit d’autre sur l’Afrique que les deux pages d’envolées lyriques de 1905. Cette fois, il rédige et dessine à côté de ses notes : c’est le Voyage au Soudan. En 1930, il fera son quatrième et dernier voyage. Madagascar et, au retour, en 1931, l’Égypte. C’est notre Voyage à Madagascar. ...