Auteur : Restif de La Bretonne Nicolas Edme
Ouvrage : Lettre d'un singe aux êtres de son espèce
Année : 1781

Lien de téléchargement : Restif_de_La_Bretonne_Nicolas_Edme_-_Lettre_d_un_singe_aux_etres_de_son_espece.zip

Avis de l'éditeur. Honorable lecteur : Je vous fais part de cette étrange Lettre, écrite par un Singe-Babouin. Mais que cette assertion ne révolte pas votre raison, et ne vous fasse point secouer la tête avec mépris ! Lisez auparavant cette Introduction, que j’ai crue nécessaire. On sait qu’il se trouve en Guinée, et même en Asie, des Singes capables de faire violence aux femmes, et les exemples sont fréquents dans l’Afrique intérieure. Toutes les espèces de Singes nommées dans cette Lettre, ne nous sont pas connues parfaitement ; il en est de fort grands, et de très forts. Ils ont leur vigueur native, que le repos et les nourritures cuites ont ôtée aux hommes. A grosseur égale, ils sont beaucoup plus forts que nous : c’est pourquoi la résistance est impossible aux Négresses qu’ils surprennent dans la solitude. Le Singe dont il est ici question est un métis, qui doit le jour à une femme de Malacca et à un Babouin. Cette femme étant accouchée d’un Singehomme, le monstre lui fit horreur : on allait le noyer, quand un Européenfrançais- hollandisé, nommé Jacques Adine, qui commerçait dans la presqu’île de Singapour où il était venu de la Chine, pria qu’on le lui donnât. On eut beaucoup de peine à lui accorder sa demande ; mais enfin on se laissa gagner par quelques florins, et le marchand emporta le Métis, lors de son retour. Arrivé à la Chine, il l’éleva soigneusement, et le nomma César. L’élève grandit, et fut cédé à l’Australien, dans un voyage qu’Adine fit au Cap de Bonne Espérance, avec son jeune singe-homme. L’Australien me le donna, comme un gage de son amitié. Je l’acceptais, charmé de pouvoir offrir ce présent à une Dame respectable, qui l’aime fort, et qui s’est plue à compléter son éducation. Lorsque César-singe a été instruit, il s’est imaginé que ses à-peu-près seraient capables d’acquérir les mêmes idées : il se proposa donc, non de leur envoyer sa Lettre, qu’ils n’auraient pas lue, mais d’en débiter le contenu à ceux qu’il aurait occasion de joindre. Nous devons cette Pièce curieuse à l’erreur où il était, qu’il pourrait se faire entendre des autres Singes. ...