Auteur : Segev Tom
Ouvrage : C'était en Palestine au temps des coquelicots
Année : 2000

Lien de téléchargement : Segev_Tom_-_C_etait_en_Palestine_au_temps_des_coquelicots.zip

On se reverra. Sur le versant sud du mont Sion à Jérusalem s’étend un petit cimetière. Un sentier bordé de pins, de cyprès, d’oliviers, de citronniers et de lauriers blancs et roses y conduit ; on y pénètre par un portail en fer forgé envahi par une odorante vigne vierge. Entre les ruines d’une ville fortifiée des temps bibliques sont disséminées un millier de tombes. Les vieilles pierres semblent émerger des coquelicots. À quelques pas de là, au sommet de la colline, les juifs vénèrent le tombeau du roi David et les catholiques le Cénacle. Pour ces derniers, c’est dans la crypte voisine qu’eut lieu la Dormition de la Vierge. Les musulmans, eux aussi, vénéraient jadis en cet endroit d’autres sépultures. Le cimetière, consacré vers 1840 par l’archevêque protestant Samuel Gobât, était alors destiné à la petite communauté des « amis de Jérusalem ». Très peu en étaient natifs, et la plupart de ceux qui s’y étaient établis venaient des quatre coins du monde, d’Amérique à la Nouvelle-Zélande. Leurs épitaphes sont gravées en anglais, en allemand, en hébreu, ainsi qu’en arabe ou en grec ancien. On peut même en lire une en polonais. ...