Auteur : Covington Harold Armstead
Ouvrage : Un lointain orage
Année : 2004

Lien de téléchargement : Covington_Harold_Armstead_-_Un_lointain_orage.zip

Prologue. La roue tourne. À la fin du xxème siècle vivait un professeur d’université japonais du nom de Francis Fukuyama. Il avait écrit un long essai, très intellectuel et très chic, intitulé La Fin de l’Histoire, qui avait connu une certaine célébrité. Francis Fukuyama était un prostitué intellectuel, qui vendait son esprit pour de l’argent. C’était un universitaire docile, qui se courbait devant les puissants et les riches de son époque. Il leur disait ce qu’ils voulaient entendre, et il récoltait leurs largesses. Lorsque les hommes blancs en costard sans visage lui disaient « Saute », Francis Fukuyama répondait « Quelle hauteur ? » Quand les hommes en costard disaient « Cours », Francis Fukuyama répondait « Quelle distance ? » Il évitait poliment le mot quelque peu gênant de ploutocratie, et y substituait l’habitude nettement plus convenable de ne faire référence à la riche, corrompue, amorale, incompétente et discrètement homosexuelle élite dirigeante anglo‑sioniste de la fin du XXème siècle que par le nom grotesque de social‑démocratie. Elle n’était, bien entendu, ni sociale ni démocratique, mais la vérité importait peu à cette époque. La thèse de Fukuyama était que la social‑démocratie était la forme finale de tout gouvernement humain pour le reste des temps. Il affirmait que la combinaison prétendument irrésistible de la social‑démocratie et du capitalisme international avait triomphé de tous les systèmes concurrents tels que la monarchie, le fascisme, le communisme, le national‑socialisme, le socialisme, et bien entendu la théocratie telle qu’elle se pratiquait notamment dans le monde arabe, où le pauvre petit Israël connaissait une persécution si injuste. ...