Auteur : Markale Jean
Ouvrage : Les conquérants de l'île verte La grande épopée des Celtes
Année : 1997

Lien de téléchargement : Markale_Jean_-_Les_conquerants_de_l_ile_verte.zip

Avant-propos. Aux frontières du réel. Ainsi, toujours poussés vers de nouveaux rivages, Dans la nuit éternelle emportés sans retour, Ne pourrons-nous jamais, sur l’océan des âges, Jeter l’ancre un seul jour ? LAMARTINE, Le Lac. Une civilisation, quelle qu’elle soit, ancienne ou moderne, n’est reconnue comme telle dans son identité et dans sa spécificité qu’à travers une tradition transmise de génération en génération et qui en constitue le témoignage essentiel. Cette tradition rassemble la mémoire d’un peuple ou d’un groupe de peuples qui vivent dans des conditions sinon semblables, du moins équivalentes ; et elle peut s’exprimer selon des modes très divers, allant de la simple coutume aux spéculations intellectuelles les plus raffinées. Mais, dans l’histoire de l’humanité, on en a toujours privilégié l’expression par l’écriture, parce que celle-ci était considérée comme le moyen le plus sûr et le plus fidèle de conserver la mémoire du passé. Il va de soi que la Grèce est le pays d’Hésiode, Homère, Eschyle, Hérodote et Platon, même si la sculpture occupe une place de choix dans notre vision scolaire de sa civilisation dont on a dit et répété qu’elle constituait un miracle sans lequel rien n’eût été possible. Ainsi, pour les Grecs, le problème de la reconnaissance de leur identité culturelle ne se pose-t-il pas : ils ont laissé suffisamment d’écrits pour qu’on les classe parmi les peuples « civilisés ». Mais que dire alors de tous les autres peuples qui, pour une raison ou pour une autre, ne connaissaient pas l’écriture ou ne l’ont jamais utilisée ? Il fut un temps où toute civilisation dépourvue d’écriture était rejetée comme incertaine, incohérente et primitive, en vertu de la croyance en la célèbre « mentalité prélogique » si chère à l’école sociologique française du début du XXe siècle. Cette idéologie, car c’en est une, est l’aboutissement d’un système construit sur l’universalité d’une Raison unique et qui justifiait toute entreprise de colonisation, culturelle ou autre, et de mission, quelles qu’en fussent les intentions ; elle a longtemps privé l’humanité d’une part très importante d’elle-même puisqu’elle écartait, sans discussion, tout ce qui n’appartenait pas aux normes en usage dans un système de référence immuable et incontestable. ...