Auteur : Steiner Rudolf
Ouvrage : Psychologie et vie intérieure Métamorphoses de la vie psychique Voies de l’expérience intérieure
Année : *

Lien de téléchargement : Steiner_Rudolf_-_Psychologie_et_vie_interieure.zip

Introduction. Tout comme le scientisme, issu du XIXe siècle, la psychologie est entrée dans les moeurs. Peu importe que les éclaireurs de la pensée volent déjà vers d’autres conquêtes, le gros occupe le terrain conquis et entend y demeurer. L’essor extraordinaire de l’étude de l’âme humaine a répandu bon nombre de vérités premières. Elles sont installées dans le patrimoine verbal de tous. Chacun en use pour expliquer les conduites d’autrui ou pour se décrire soi-même. La place tenue par la psychologie dans la société entière est si grande qu’il n’y a plus d’affaire publique ou privée qui ne passe par son langage. Etablie de la sorte, la psychologie moderne a réformé, sinon démocratisé les moeurs académiques de cette discipline réputée discursive et lointaine des réalités de la vie. Elle a fait entrer dans le champ de son étude et de ses applications, les préoccupations les plus prosaïques de l’Homme, les plus communes à tous, les plus primitives souvent. La sincérité au pouvoir ! Il s’agissait de placer l’âme humaine dans le climat du siècle, de délivrer pour cela l’Homme des pressions religieuses ou philosophiques léguées par l’obscurantisme des temps révolus, de faire échec dorénavant aux préjugés répressifs, aux illusions troublantes, à la tricherie avec soi-même. La libération devait affranchir aussi bien le malade que le sujet bien portant surtout que ce dernier, selon une boutade célèbre, est souvent un malade qui s’ignore encore ! La campagne a été triomphante. Les combats d’arrière-garde de la psychologie académique ont à peine retardé la prise en main de lieux d’enseignement et de consultation. Comme la médecine et les spécialités qui la prolongent, la littérature et les arts ont composé avec la force nouvelle. L’Homme rénové du XXe siècle pouvait entrer en scène… On sait maintenant qu’il se cherche encore. Le progrès de toutes ces connaissances bouleversantes s’est avéré moins absolu qu’on ne l’attendait, les conséquences sociales moins spectaculaires. Mais, quoiqu’il en soit, il demeure acquis que la psychologie dans sa version moderne, se doit en tout état de cause, d’être scientifique, profonde et universelle. ...